Revue associative et participative

une invitation à exprimer ta sensibilité, ta couleur, ton essence

Nomade est ce mot qui trace le fil de mon chemin de vie. D’une terre à l’autre, en mouvance vers chacun de mes habitats, une mosaïque de sensations touchent mes sens et m’ouvrent à une grande quantité de perceptions. Mon regard, à la fois immergé dans l’immensité du paysage comme au plus près du microcosme, allant du vaste jusqu’aux petits contours, se saisit parfois d’une image qui embrasse ces deux espaces, et invite… à voir tout autant qu’à rêver.

Mes cadrages ne cherchent pas l’exact ni le parfait de cette pulsation toujours changeante,  mais aiment à  dévoiler le présent tel qu’il se donne et m’apparaît : brut, généreux, fugace, délicat ou abrupt. C’est la somme des fragilités de ce monde qui en fait sa plus grande force, toutes ces petites membranes du vivant mises côte à côte, qui tremblent et vibrent, ces échos subtils venus du cœur des pierres, ressurgis de  la mémoire de l’eau, présents à la lisière des feuilles, sous l’écume des vagues ou les ailes du petit peuple des herbiers.

En équilibre sur ce mince fil du temps présent, je tente de cueillir le vivant aussi avec des mots, pour dire toute la poésie de ce qui chaque instant commence, commence… L’écoute silencieuse, immobile et contemplative,  m’est aussi un voyage ; tout est une occasion à saisir, une graine à semer, à oser, pour inscrire une parole dans la terre du présent.

Née le jour où l’homme a marché sur la lune pour la première fois, j’ai dû garder de ce moment  une part de rêve, une autre de liberté. Grâce à mes racines profondes, ancrées, bien arrimées depuis des générations, je peux voyager comme le font les graines des arbres, au gré du vent, au fil de l’eau, et partager cet éloge du vulnérable, cette ode à l’instant sacré, avec toutes mes amitiés, ici remerciées.

Sylvie Chaudoreille

Sylvie Chaudoreille