Revue associative et participative

une invitation à exprimer ta sensibilité, ta couleur, ton essence

Un regard sur un regard…

 

 

Une femme, un regard, un être qui s’anime… Christine s’anime pour capter le mouvement, pour percevoir l’émotion, pour tenter de révéler ce qui souvent est invisible pour les yeux, la respiration du cœur. Lorsqu’elle réalise un reportage, elle ne travaille pas, elle vit, elle écoute les corps, elle ressent les ambiances, elle cherche sous son objectif, comment saisir l’existence même des personnes qu’elle photographie. 

Sous l’apparence du sujet se reflète l’intérieur, les sentiments… l’intime. Une seconde de vie est interceptée, sous le déclic de l’objectif, elle prend forme, nous donne à voir ce que peut-être nous ignorions, ce que parfois nous ne voulions pas voir. 

Lorsque la présence de Christine se faufile au cours d’un stage, de danse, par exemple, elle enregistre pas à pas la métamorphose, la naissance de la nouvelle gestuelle… De la timidité première à l’audace qui s’éveille doucement, la danseuse explore, découvre les résistances et aussi les hardiesses de ce corps qui évolue avec la musique. Saisir les tours et les détours de ce chemin, les déposer instantanément sur le papier, c’est la quête de la photographe. 

Lorsqu’elle photographie un mariage, elle immortalise plus que des visages, elle immortalise une ambiance, elle nous offre l’exposition de l’énergie d’un moment, d’un lieu. 

Lorsqu’elle apprivoise la nudité d’une personne pour nous en offrir le sublime, rien n’est impudique, c’est le précieux de l’intime qui est mis en valeur par l’écrin du papier. 

En découvrant ces images, je me suis promenée dans des espaces que je ne connaissais pas. Mon cœur a vibré pour des rencontres, auxquelles mon corps n’a pas participé. Le passé et le présent se sont confondus, puisque l’émotion d’hier me pénétrait à cet autre instant.  

Et lorsqu’au détour d’une exposition mes yeux ont découvert, mises en relief par l’artiste, ces mains nues qui s’expriment, c’est une étincelle de joie qui s’est allumée dans mon cœur. La joie qui vient de cette reliance entre les êtres… sujets vivants, spectatrice, témoin derrière son appareil… L’espace d’un cliché, nous sommes tous réunis, hors du temps, dans la même émotion partagée. Peut-être est-ce cela qu’on appelle un souvenir ?

La photographe nous appelle à mélanger nos souvenirs, à puiser au fond de notre sensibilité, la mémoire de ce qui est semblable à ce que nous voyons sur l’image, à ce que nous percevons au delà de l’image, ainsi touchés par résonance peut-être pouvons-nous nous sentir un peu plus acteurs, vivants, dans ce monde. 

Nicolle Bensousan

 

Christine Sivette