Revue associative et participative

une invitation à exprimer ta sensibilité, ta couleur, ton essence

En tant qu’artiste, Je crois à une nouvelle spiritualité qui sera une alliance entre le matérialisme et l’idéalisme, entre la physique et la métaphysique, entre le conscient et l’inconscient.

Quel sera le rôle de l’art dans cette prise de conscience ?

L’art est une nécessité spirituelle aussi indispensable à la vie que la nourriture physique.

L’artiste va rechercher le chemin éclairé, celui de la lumière qui est en même temps couleur. C’est la lumière qui nous fait voir et aimer les formes.

Chaque couleur exprime un état d’âme dont les nuances enrichissent la sensation d’un éventail d’émotions.

Je crois aussi en une beauté nouvelle, différente des oeuvres classiques et des standards de la mode. Cette beauté serait un équilibre entre la tristesse et la sérénité, entre l’émotion et la réflexion, entre la force et la sensibilité. La beauté est présente dans la vie et doit l’être dans l’oeuvre de l’artiste.

Ma vie est comme une spirale ascendante que je gravis par paliers. À chaque palier correspond un état de conscience, mais je reste dans un labyrinthe qui est une grotte immense dans laquelle j’évolue. L’essentiel est derrière le vide, c’est l’inconnu qui recèle toutes les révélations.

Une vibration universelle lie toutes les consciences. Cette trame existante est une dimension intangible qui doit nous faire prendre conscience de notre essence que je crois immortelle.

Je crois à l’émergence d’un nouveau paradigme scientifique, philosophique et culturel, qui va combler le manque de spiritualité. L’homme a toujours eu besoin de spiritualité pour répondre aux questions courantes et éternelles. Nous avons besoin de susciter notre intuition et la vérifier par la raison, aboutissant à la reconnaissance de l’Esprit, pour ouvrir les portes secrètes sur notre espace intérieur, prendre conscience de sa richesse et pouvoir l’explorer.

En partant du principe que tous les arts se rejoignent, les images de rêve peuvent surgir non seulement sous le pinceau du peintre, mais à partir de mots et de musiques, en laissant le soin à chacun de continuer la création de l’oeuvre dans sa propre imagination.

La découverte de notre monde intérieur, qui est un développement personnel, enrichit la vie de sources nouvelles et insoupçonnables.

Je ferme les yeux. Des images défilent sous mes paupières. Sept fragments de cristal surgissent rebondissant sur le sol, aussitôt suivis d’une énorme main qui descend du ciel dans un roulement de tonnerre. En suivant le bras qui se perd dans la brume, je discerne les contours d’un corps gigantesque, accroupi sur le bord d’un nuage. Ses formes sont vaguement humaines.

Les étoiles traversent son corps et les météorites dansent dans ses cheveux comme des lucioles.

La main se dirige vers les cristaux… Trop tard… Un glissement de la surface… Et ils roulent en ricochant vers une source d’eau claire…

Un cri assourdissant couvre l’espace et le temps. Le bras se lève dans les cieux, le poing menaçant…

Que va-t-il se passer ? Est-ce la fin du monde ?

Non, ce n’est qu’un mur. Un mur vibrant de lumière : le Mur de la lumière…

Cette vision n’existe que sous mes paupières.

Elle est purement fonction de ma volonté.

Le bonheur s’épanouit dans la réalisation de soi-même qui dépend entièrement de nous.

La découverte de notre monde intérieur ouvre le passage vers le bonheur et vers l’amour.

Une nouvelle spiritualité doit émerger au 21ème siècle.

Mad Jarova

Mad Jarova